Mon oncle Aimé

Quand j’étais petit, je nommais mes oncles en disant « celui qui joue du marteau », « celui qui joue du pinceau »… et il y avait « celui qui joue du violon » : mon oncle Aimé, le frère de ma mère. Cultivateur de Lotbinière, il était passionné de violon et collectionnait les histoires  qui expliquaient d’où venaient ces chansons, ces mélodies apprises à l’oreille. Les soirées du jour de l’an étaient l’occasion de l’écouter jouer avec mon oncle Roland accompagné de tante Lisette ou de tante Suzanne. Et cette pièce de musique était ma préférée. Vivante, joyeuse, porteuse d’espoir. Je joins ici ma créativité vidéomusical à un enregistrement d’époque de mon oncle Aimé Gagnon.

My uncle Aimé

When I was a child, I called my uncles, saying « the one who plays the hammer », « the one who plays the brush » … and there was « the one who plays the violin »: my uncle Aimé, my mother’s brother. Cultivator of Lotbinière, he was passionate of violin and collected the stories that explained where these songs, these melodies learned by ear come from. The New Year’s Eve parties were an opportunity to listen to him play with my uncle Roland accompanied by Aunt Lisette or Aunt Suzanne. And this piece of music was my favorite. Lively, joyful, full of hope. I join my video-musical creativity to this vintage recording of my uncle Aimé Gagnon.